accueil   |   les agendas   |   les sacrements   |   les secrétariats   |   la catéchèse   |   le pèlerinage


L'éditorial

"Prier avec nos défunts"

En ce 1er novembre, nous allons au cimetière pour fleurir nos tombes et prier pour nos morts. Le 2 novembre, jour des morts conviendrait mieux pour cette visite mais il n'est pas férié. Cependant nous ne le confondons pas avec la fête de la Toussaint où, dans la joie, nous célébrons tous les saints, connus ou anonymes, y compris ceux de nos familles.
Au cimetière, nous nous recueillons, nous nous rappelons, sans doute avec tristesse, ce que nous avons vécu avec nos défunts, ce que nous avons partagé et échangé avec eux. Mais, pour nous chrétiens, l'espérance est là, qui nous réconforte. "Ne pleurez pas comme ceux qui n'ont pas d'espérance" écrivait saint Paul aux premières communautés. Car l'espérance nous fait passer des souvenirs à l'avenir. L'avenir, c'est de croire en effet que nos morts ont été accueillis par Dieu et que nous les retrouverons.
Il existe "un lien profond et indissoluble, explique le pape François, entre ceux qui sont encore pèlerins dans ce monde et ceux qui ont franchi le seuil de la mort pour entrer dans l'éternité", un lien qui unit tous les chrétiens de la terre et du ciel dans une même grande famille une famille unie par la prière.
Bien sûr, nous prions nos défunts, ceux de notre famille, ceux que nous avons aimés. Mais nous pouvons aussi leur demander de prier pour nous, de s'associer aux difficultés de notre vie et, le jour venu, de nous aider à faire, à notre tour, le grand passage.
Que nos défunts soient déjà au paradis, auprès de Dieu, dans la vision pleine et entière de son amour, ou qu'ils aient encore besoin de passer par la grande purification, qu'importe. S'ils sont dans l'attente du ciel, ils ont besoin de nos prières et de nos messes, peut-être aussi de notre pardon et nous du leur. Profitons-en pour nous réconcilier et pour leur demander leur aide. Quand ils seront enfin réunis avec Dieu, ils nous enverront les grâces célestes, car :
"Au bout de la route, il n'y a pas la route mais le terme du pèlerinage.
Au bout de l'ascension, il n'y a pas l'ascension mais le sommet.
Au bout de la nuit, il n'y a pas la nuit mais l'aurore.
Au bout de l'hiver, il n'y a pas l'hiver mais le printemps.
Au bout de la mort, il n'y a pas la mort mais la Vie ..."

Père Joseph Folliet
(1903 - 1972)



 
Prière de rentrée

Seigneur,
Me voici devant Toi avec tout ce qui habite
mon esprit en ces temps de rentrée.
Après le repos, le dépaysement des vacances,
les ressourcements de toutes sortes,
commence une nouvelle étape de ma vie.
Vois mes projets, ma bonne volonté,
mes incertitudes, mes craintes,
mes joies, mes peines, mes désirs, mes limites.
Si parfois je traîne les pieds,
rappelle-moi la chance
de pouvoir espérer un avenir ...
Un avenir, telle une page blanche
que je désire remplir de VIE.
Je crois, Seigneur, à ta Présence,
à ton sourire et à ta grâce.
Quand je ferai acte de liberté,
Quand prendra forme au fil des jours telle ou telle orientation, telle ou telle décision - petite ou grande
Je sais que là où je serai,
Tu seras avec moi.

Sœurs du Christ rédempteur



 
Aujourd'hui, vendredi 15 novembre, dans nos paroisses :
Talmay à 10h 30: Messe à la MARPA

Méditons :

L'agenda du bonheur



Une dame très âgée, au visage rayonnant, partagea à une amie le secret de son bonheur :
"Chère Rose, c'est simple, j'ai toujours tenu un agenda du bonheur.
- Un quoi ?
- Eh oui, tu as bien compris, un agenda du bonheur... Il y a bien longtemps que j'ai appris ceci : aucune journée n'est si triste qu'elle ne renferme un quelconque rayon de lumière. Alors, chaque soir, j'écris toutes les petites choses heureuses qui m'arrivent.
Il renferme certes bien des détails insignifiants : une robe neuve, une conversation avec une amie, une attention de mon mari, une fleur, un livre, etc. Tout ceci figure dans mon agenda et quand je me sens un peu triste, j'en lis quelques pages pour me remémorer quelle heureuse femme je suis. Je peux te le montrer si ça t'intéresse."
Curieuse et intriguée, Rose ouvrit ce fameux agenda. Sur l'une des pages, on pouvait y lire ceci : "Reçu une gentille lettre de maman. Vu un beau lys dans une vitrine. Retrouvé la broche que je croyais avoir perdue."
- As-tu trouvé chaque jour un plaisir à noter ? demanda Rose, perplexe.
- Oui, chaque jour.
Rose continua à tourner les pages et arriva à celle qui contenait ces mots : "Il mourut en tenant ma main dans la sienne et mon nom sur ses lèvres."
- Tu vois, Rose, conclut la vieille dame, même la mort contient sa part de positif.

Auteur inconnu
Source "La petite douceur"



Conférence du Père Godefroid NZila
Résumé

Ce mardi 11 octobre, à la salle paroissiale de Pontailler, le père Godefroid nous a entretenu sur le travail des missionnaires en Afrique, dans le but de réfléchir, de partager et de voir comment cette expérience peut éclairer la nôtre.
Il nous dit en préambule que l'Afrique est un continent et pas un pays, et donc, ses propos auront en toile de fond les deux Congo.
Il nous rappelle Mt 28, 19-20 "Allez donc, de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit, et leur apprenant à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici que je suis avec vous jusqu'à la fin du monde."
On ne s'envoie pas en mission, on est envoyé !
Historique
La première évangélisation, avec l'arrivée des portugais en 1491 a échouée car il y a eu télescopage entre tradition et évangélisation. Les missionnaires se voient alors expulsés du Congo en 1555.
La nouvelle mission au Congo date de 1893.
Les nouveaux missionnaires ont adoptés une autre façon de faire, ils se sont intégrés, ils ont appris les "us et coutumes" des régions qu'ils voulaient évangéliser.
Le travail des missionnaires
Cette nouvelle vision des choses est exigeante pour les prêtres missionnaires.
Ils apprennent la langue, souvent par les enfants (les dialectes sont très nombreux).
Ils doivent aussi avoir "un ventre missionnaire" et apprendre à consommer la nourriture locale du peuple.
L'annonce de l'évangile est d'aller dire la bonne nouvelle du salut pour construire un monde plus juste et plus fraternel.
La colonisation et les missionnaires ont apporté des améliorations dans la vie des populations ils sont les précurseurs du développement du peuple (par exemple : début de la rémunération du travail).
La formation des prêtres en Afrique
Le premier prêtre a été ordonné en 1900, puis il y a eu la création de séminaires.
Le père Godefroid nous rapporte avec humour la rigueur d'une journée pour un élève au grand séminaire, une journée très chronométrée !
En conclusion, nos prêtres nous rappellent qu'en tant que baptisés, nous sommes, nous aussi envoyés en mission !

Comment évangéliser autour de nous ?
Comment évangéliser notre famille ?



Ces derniers temps ...
Nous avons été invités à prier pour ceux qui ont rejoint la maison du Père :

-Daniel HORY, 79 ans, à Mirebeau
-Marcelle BARBIER, 101 ans, à Lamarche
-Marguerite CAVATZ, 94 ans, à Pontailler
-Jacqueline WANIC, 69 ans, à Pontailler



Baptême d'Octobre ...

-Adrien CLAEYMANN
-Eléonor LANTENOIS
-Adam PRETET
-Julien CORSINI


Dans nos Paroisses


Confirmations à Bèze

Ce samedi 26 octobre, à Bèze, 47 enfants et adultes du doyenné ont reçu le sacrement de la confirmation des mains de Mgr Minnerath.
Cette célébration était l'aboutissement d'une préparation collective et individuelle : dans les groupes de caté, lors de la retraite au sanctuaire du "Petit Roi de grâce" à Beaune et pendant la rencontre avec l'évêque.
Les enfants ont été surpris par la simplicité et la proximité l'archevêque. Leur curiosité a été nourrie par les échanges nombreux et riches avec Monseigneur.
Que d'émotions lorsque l'évêque et les 4 prêtres réunis, accompagnés de Dominique YEME le diacre du doyenné leur ont imposé les mains - les yeux et les cœurs étaient en effervescence ! Cela se voyaient, ces jeunes chrétiens vivaient une étape importante de leur vie de foi. L'onction du saint-Chrême et la remise de l'écharpe rouge (symbole de l'Esprit-saint, furent vécues avec un sérieux qui a même réjouit notre évêque.
Cette célébration a été un beau témoignage de foi pour toute notre communauté de doyenné. Quelle joie de voir toute l'assemblée applaudir à la fin, avec le sentiment d'avoir vécu un temps fort de notre Eglise !
Merci aux enfants et aux parents de nous avoir offert un tel témoignage de foi. Vivement les prochaines étapes !

Magali Robadey


Pélerinage en doyenné
Vézelay

A la découverte d'un haut lieu de l'Eglise
Dimanche 29 mars 2020


Pélerinage au Liban

Partir en pèlerinage au Liban, c'est aller à la découverte de lieux foulés par le Christ (Tyr et Sidon), à la rencontre d'églises orientales (maronites, arméniennes, orthodoxes, catholiques ...) riches de 2000 ans de tradition.
La semaine du 19 au 25 avril 2020


Pélerinage Caté
Anne-Marie Javouhey


Recommandé aux enfants qui se préparent à la 1re communion et à la Profession de foi
Samedi 9 mai 2020 à Chamblanc


Spectacle
Le procès de l'Eglise


L'Eglise se paie une tribune à travers un procès qu'elle initie elle-même pour répondre aux attaques et incompréhensions du monde moderne.
Attention ! Âmes sensibles s'abstenir
10, 17, 31 mai 2020 à 16h00 à Lamarche
21 juin 2020 à 16h00 à Lamarche

 Paroisses de Mirebeau & de Pontailler 2019