accueil   |   les agendas   |   les sacrements   |   les secrétariats   |   la catéchèse   |   le pèlerinage



L'éditorial

"Nous avons besoin de prêtres"

"Seigneur, donnez-nous des prêtres,
Seigneur donnez-nous de saints prêtres,
Seigneur donnez-nous beaucoup de saints prêtres !"

Comme si c'était hier, je me souviens de cette prière litanique que l'on nous faisait réciter de manière systématique à toutes les messes, il y a de cela bien longtemps, c'est-à-dire avant le Concile Vatican 2 ...
Depuis, pfuitt !! Envolée cette invocation, ou si rarement. Nos églises se vident, nos prêtres s'épuisent à courir partout et leur âge moyen s'élève inexorablement. Il ne s'agit pas d'une caricature de la situation, mais d'un état bien réel sur lequel notre lucidité de chrétiens pratiquants est prise en défaut avec persistance.. Alors que faire ?
J'entends déjà les arguments qui courent dans toute la presse, et malheureusement aussi dans certaines réunions, notamment sur le principe du célibat, le risque de pédophilie, l'absence de réaction de la hiérarchie de l'Eglise, et j'en passe.
Mais on entend malheureusement peu parler d'un effort à accomplir de la part des chrétiens sur des aspects plus discrets comme par exemple l'accueil et le soutien dans la vie de nos paroisses, et surtout la prière régulière pour accompagner nos prêtres dans leur ministère.
Avons-nous réellement pris la dimension du caractère extraordinaire que revet le pouvoir de remettre les péchés ? Avons-nous mesuré la merveille insondable qui consiste, lors de chaque célébration de l'Eucharistie, à nous remettre tous en présence du Christ incarné ?
Nous avons vraiment besoin de prêtres, et cela suppose que, chacun à notre place, nous puissions nous montrer déterminés à au moins deux types d'action :
Prier spécifiquement et quotidiennement le Seigneur pour que l'appel retentisse au cœur de nos jeunes.
Témoigner dans nos relations d'une écoute attentive et aimante auprès de tous ceux que nous pouvons cotoyer et qui, à un moment ou à un autre, s'interrogent sur la possibilité d'un appel.
Alors, et seulement alors, comme le précise un vieux dicton : "Dieu y pourvoira".

Franck de Bucy



 

Méditons :

La légende de l'arc-en-ciel



Un beau jour, toutes les couleurs du monde entier se mirent à se disputer. Chacune prétendait qu'elle était la plus belle, la plus importante, la plus utile, la préférée !

Elles se vantaient, à haute-voix, chacune étant bien convaincue d'être la meilleure. Le bruit de leur querelle s'enfla de plus en plus. Soudain, un éclair d'une lumière aveuglante apparut dans le ciel, accompagné de roulements de tonnerre. La pluie commença à tomber à torrents sans discontinuer. Effrayées, toutes les couleurs se tapirent et se rapprochèrent pour chercher un abri les unes près des autres.

La pluie prit la parole : "Stupides créatures qui vous battez entre vous, chacune essayant de dominer l'autre, ne savez-vous pas que c'est Dieu qui vous a faites toutes, chacune dans un but particulier, uniques et différentes ?

Il aime chacune d'entre vous, il a besoin de vous toutes. Joignez vos mains et venez à moi. Il va vous étendre à travers le ciel en un magnifique arc-en-ciel, pour vous montrer qu'il vous aime toutes, que vous pouvez vivre ensemble en paix. Comme une promesse qu'il est avec vous, et comme un signe d'espérance pour demain ... "

Ainsi, chaque fois que Dieu envoie une pluie pour laver le monde, il place l'arc-en-ciel dans son ciel, et quand nous l'apercevons nous devrions nous rappeler qu'il veut que nous sachions, nous aussi, nous apprécier les uns les autres et le louer de notre merveilleuse complémentarité ...

Légende amérindienne



Ces derniers temps ...
Nous avons été invités à prier pour ceux qui ont rejoint la maison du Père :

-Simone JALLEY, 93 ans, à Etevaux
-Robert PIERRE, 92 ans, à Heuilley sur Saône
-Madeleine LERAT, 95 ans, à Binges
-Roger CORNOT, 71 ans, à Heuilley sur Saône
-Anne-Marie MAUDRAIT, 95 ans, à Mirebeau sur Bèze
-René BIESSE, 87 ans, à Mirebeau sur Bèze
-Jean CAUSERET, 92 ans, à Mirebeau sur Bèze
-Suzanne LAMBERT, 98 ans, à Pontailler sur Saône
-Marie-Claude BUISSON, 68 ans, à Saint-Sauveur
-Denise GENTILHOMME, 87 ans, à Bézouotte
-Jean-Pierre TOURNOIS, 61 ans, à Pontailler sur Saône
-Nino BIANCHI, 84 ans, à Lamarche sur Saône
-Monique GRANDHAYE, 88 ans, Vielverge
-Jean TEREFENKO, 80 ans, à Beaumont sur Vingeanne



Baptême d'Avril ...

-Chloé LANCE
-Margot LEGROS
-Héloïse BEAUVAIS
-Luce ASDRUBAL
-Louise et Thomas PETIT
-Nicolas BERNIER
-Louise TRAPET-VAILLARD
-Léane FUCHEY
-Anaïs MARC
-Adam GONÇALVES
-Théotime HERBERT


Dans nos Paroisses


Sortie caté à Flavignerot

La visite à Flavignerot se voulait un premier temps fort pour de nombreux jeunes venus du doyenné tout entier. Ce sont plus d'une centaine de personnes qui ont répondu présentes, venant de Fontaine Fran├žaise, Pontailler, Mirebeau, d'Is sur Tille et bien d'autres encore.
Les jeunes ont manifesté une envie réelle de participer à ce samedi en commun notamment avec le souhait de découvrir ce que recouvre le mot carmel et de manière plus générale : la vie monastique.
Dès le départ, la convivialité du car s'est faite ressentir et les discussions ont commencé bon train, agrémentant le voyage jusqu'aux hauteurs de Flavignerot. Le silence et l'aspect boisé du lieu ont surpris nos enfants. Les ont accueillis des parties de cache-cache.
Une sortie de catéchisme est toujours l'occasion d'amitié, de discussion et de rires.
Parmi les différents moments ponctuant cette sortie, si l'on retrouve les joies habituelles et néanmoins essentielles des repas et jeux en commun, la visite de la cellule a été un fait marquant pour nombre d'entre eux.
Tous ont noté l'étroitesse du lieu, l'absence de décoration et le caractère essentiel de chaque meuble. Une belle réussite de cette sortie fut le choix des mots employés par nos pèlerins qui loin de parler de pauvreté de la cellule, ont parlé de simplicité, prouvant ainsi qu'ils avaient compris le but de cet aménagement. Le parallèle entre la vie spirituelle riche et la non-profusion d'objets inutiles a marqué. A ce lieu qu'ils ont trouvé inhabituel, le sentiment qu'ils ont retiré de la chapelle a fait écho. Elle reste de loin le lieu le plus unique dans leur souvenir. Moderne et bizarre, selon leurs propres termes, sa lumière et sa chaleur les ont baignés de confort. Ce sentiment a sans doute participé à une messe faite d'écoute et de recueillement auprès des sœurs.
Le témoignage de l'une d'elle est un souvenir souriant, ils ont été touchés par cette gentillesse et cette affabilité. Si le voile blanc a été remarqué, son parcours avant de prononcer ses vœux définitifs leur a permis de comprendre la possibilité d'accepter le silence. Le récit qu'ils font de cette rencontre est charmant dans les détails de dons et de difficulté à suivre un chemin commençant par un appel de Dieu.
Si un mot pouvait résumer la profusion de ce que les enfants ont ressenti ou gardé en mémoire, il serait silence. Silence en opposition de ce qu'ils vivent à l'école, en cour de récréation, à la promiscuité mais également silence qu'ils associent à la prière, au caractère essentiel, à la simplicité et à la rencontre, silence également présent dans le discours de la sœur : difficile à accepter et à apprendre.

Karine Serier







 Paroisses de Mirebeau & de Pontailler 2019