accueil   |   les agendas   |   les sacrements   |   les secrétariats   |   la catéchèse   |   le pèlerinage



L'éditorial

La longue Nuit du Handicap

Être handicapé, cheminer dans la vie avec quelque chose de lourd à porter : un manque. Manque d'intelligence, manque d'un membre, manque de la capacité à se déplacer, à entendre, à voir.
Mais on n'est pas seulement handicapé par rapport à soi. On l'est peut-Être avant tout par rapport à l'autre, par rapport aux autres. Être handicapé, c'est Être reconnu comme handicapé, et notre droit social le dit bien. Cela donne droit à quelques avantages, mais cela révèle aussi une différence, celle entre les gens normaux et les personnes handicapées. On a des droits, mais qui ne sont parfois que des droits pour mieux disparaître. Le handicap peut faire que l'on devient invisible. Invisible parce que gÊnant, dérangeant, source d'un mal-Être, le mal-Être que génère celui ou celle qui n'est pas comme nous, qui ne réfléchit pas de la mÊme façon, qui a des traits un peu différents, qui ne se déplace pas ou mal, qui n'entend pas ou comprend de travers, qui n'est pas autonome.
Être invisible, Être effacé, entrer dans la nuit, la nuit où l'on n'est plus vu. Ou plutĂ´t la nuit où l'on n'est plus perçu que par notre handicap, ce qui fait notre différence avec le reste de l'humanité. On a brutalement disparu en tant qu'Être unique, irremplaçable. Une longue nuit.
Pourtant, cette longue nuit, St Jean de la Croix l'a mise en valeur. Par ses poèmes, il en a souligné la nécessité. La nuit, ce temps où l'on ne perçoit plus la lumière. La nuit, ce temps de solitude, d'abandon. Ce temps où l'on ne peut plus agir, modeler le monde à notre désir. La nuit, quand elle devient un manque. Le manque, pour St Jean de la Croix, une nécessité pour pouvoir rencontrer Dieu, pour pouvoir l'accueillir. La longue nuit du handicap n'est-elle pas aussi un signe pour nous tous de la nécessité, non pas seulement de donner un peu de notre superflu, mais peut-Être tout simplement de reconnaître notre incapacité à Être tout, notre nécessité de dépendre de l'Autre ?

Benoît Pigé



 
Aujourd'hui, mercredi 25 avril, dans nos paroisses :
Mirebeau sur Bèze à 09h 00: Messe
Pontailler sur Saône à 20h 00: Conseil paroissial

Méditons ...

Petite parabole africaine














J'ai rencontré une petite fille qui portait sur le dos son jeune frère :
"Mon enfant, lui dis-je, tu portes un lourd fardeau".
Elle me regarda et dit :
"Ce n'est pas un fardeau, c'est mon frère !"
Je restais interdit.
Le mot de cet enfant s'est gravé dans mon cœur.
Et quand la peine des hommes m'accable, que tout courage me quitte, le mot de l'enfant me rappelle :
"Ce n'est pas un fardeau que tu portes, c'est ton frère !"



L'Eglise dans la socièté

En ce début de Carême, l'Archevêque est venu nous éclairer sur la réalité de l'Eglise dans notre société. Nous étions une cinquante d'auditeurs venus des paroisses de Fontaine Mirebeau et Pontailler.
Dans sa conférence, l'évêque est parti d'une image simple, l'image de rails.
Pendant 1500 ans environ, la société et l'Eglise ont marché sur le même rail. Nous avions les mêmes repères, la mÊme source de la loi : la loi naturelle inscrite dans le cœur de l'homme. Tous étaient d'accord pour reconnaître l'origine divine de la création ...
Les choses ont commencé à évoluer à partir du XVIIe jusqu'au milieu du XXe siècle avec la modernité. Les deux mondes commencent à rouler sur deux rails parallèles. Pour expliquer la création, la société ne se réfère plus à Dieu, mais à l'individu. Elle construit ses valeurs sur l'idée que Dieu n'existe pas. De ce fait, elle récupère les valeurs du christianisme en les laïcisant, c'est-à-dire en les coupant de la source qui est Dieu. La société privilégie l'idée du progrès qui va conduire à la lumière. La société elle-même est expliquée par l'émergence de l'individu égoïste. Des auteurs comme Rousseau, Adam Smith s'en donnent à cœur joie.
Avec la "postmodernité", commencée depuis les années 90, on assiste à un fort développement des technologies dans tous les domaines (médecine, communications ...)C'est la fin des utopies : on ne veut plus faire partie d'un projet commun, plus question de vérité absolue. On développe un nouveau mythe basé sur la satisfaction maximale des intérÊts privés. C'est le début des "lobbies" et de la reconnaissance de tous les modes de vie. Finie la transmission des valeurs dans les familles. La création n'est plus le fruit de l'amour de Dieu, mais un pur produit du hasard. La vie n'a plus d'autres périmètres que celles de la vie physique. On parle de "transhumanisme" : grâce aux technologies modernes, on pourra améliorer l'être humain, en faire un homme "augmenté", un homme "transformé".
Être chrétien dans le monde, c'est vivre dans ce monde avec ce qu'elle offre de beau et de bien, tout en se tournant vers Dieu source et fin de notre vie. Vivre en chrétiens, c'est vivre au-delà des illusions de la Postmodernité qui croit établir le paradis dans ce monde rien qu'en améliorant l'environnement matériel de la vie. Comme dit Saint Paul : "Si j'ai mis ma foi en Jésus-Christ que pour cette vie seulement, je suis le plus à plaindre de tous les hommes". L'Eglise a un grand service à rendre dans ce monde ; pour cela, le chrétien ne doit pas se cacher, il doit rester visible car si la foi n'alimente pas la morale, la morale s'égare et se laisse envahir par la postmodernité.

Notes prises par Madeleine


Ces derniers temps ...
Nous avons été invités à prier pour ceux qui ont rejoint la maison du Père :

-Thi DENNIEL, 95 ans, à Talmay
-René GRAIPIN, 83 ans, à Pontailler sur Saône
-Pierre GERARD, 86 ans, à Mirebeau sur Bèze
-Pascal PILARD, 59 ans, à Lamarche sur Saône


Proposition de l'AEP

Formation chrétienne

Dans le cadre de la formation chrétienne, nous reprendrons de façon cursive l'histoire sainte que très peu de chrétiens connaissent au final. En lien avec le diocèse, nous suivrons l'évolution à travers les personnages qui la compose, cela pourrait être à un rythme bimensuel.




Dans nos Paroisses


Catéchèse spécialisée avec nos amis chrétiens

Chaque mois, une équipe de bénévoles se retrouve auprès de nos amis handicapés à Renève et à Belleneuve.
Cette année, deux adultes - Sébastien et Franck - se préparent à la Confirmation. Quelle joie pour l'équipe accompagnatrice d'en être les témoins privilégiés.


La prière du Carême

Cette année encore, la prière du Carême a rassemblé environ une quarantaine de participants tous les vendredis soirs à la chapelle ND d'Arçon.
Comme quoi la prière est une recette qui rassemble. À reprendre l'année prochaine dans son format actuel.


Paray-le-Monial en doyenné

Malgré un temps frais, pas vraiment à notre avantage, ce 18 mars 2018 restera gravé dans la mémoire des pèlerins du jour.
Si le temps n'était au beau fixe, les lieux eux, ne souffraient d'aucune aspérité.
Et que dire de ce Sacré cœur de Jésus que Marguerite Marie a eu l'honneur de contempler...
C'est ce même cœur qui nous a accueilli à notre tour et qui nous a irradié de ses rayons de joie.
Sans doute, il a transformé notre petite virée en une inoubliable merveilleuse rencontre avec la joie.
De l'avis général, vivement le prochain pèlerinage.
Quelle merveilleux témoignage de vie et de partage en doyenné.
Comme certains l'ont suggéré : à Nevers, Vézelay, Ars ... pour l'année prochaine.


Repas paroissial de Mirebeau

Dimanche 8 avril 2018 à 12 h 30
Salle des fÊtes de Champagne sur Vingeanne
S'inscrire avant le 31 mars 2018



Pélerinage de Rome du 22 au 26avril 2019

Ce pèlerinage est proposé aux jeunes et adultes des paroisses de Fontaine, Mirebeau et Pontailler. Aujourd'hui nous sommes 22 préinscrits. Lors de notre première rencontre nous avons décidé ce qui suit :
Les visites : Nous visiterons chaque jour une des quatre baliques majeures (le Latran, St-Pierre, Ste-Marie Majeure, St-Paul Hors les murs. L'après-midi sera consacré aux autres monuments tels la basilique mineure St-Clément (avec ses vestiges de la Rome antique), le Colisée, les musées et les jardins du Vatican, le Panthéon et la Fontaine de Trévi. Les adultes auront le loisir de descendre au tombeau de Pierre (les jeunes de -16 ans n’ont pas le droit). Nous célébrerons une messe dans chacune des basiliques majeures.
Les jeunes prendront en charge la présentation des 4 basiliques majeures. Objectif : les faire grandir et en même temps leur éviter l'ennui. Ils ont toute l'année pour s'y coller. Nous les aiderons bien entendu.
Le financement du voyage pour les jeunes : L'objectif est de réduire au maximum la participation des jeunes au financement du pèlerinage. Nous envisageons tout au long de l'année de faire des activités qui pourraient nous rapporter deux trois sous : la vente du buis, la dinde de Noël en tombola, la vente des gâteaux et brioches, 4 représentations du spectacle de Noël à Pontailler, Mirebeau et Fontaine.
Important : Inscrivez-vous !! Les places sont limitées.


 Paroisses Mirebeau Pontailler 2018